Choisissez votre langue

FrançaisEnglish
LA DEFORESTATION AU GHANA

Depuis 50 ans, des activités humaines telles que la coupe du bois, l'extraction d' or et la culture du cacao ont réduit la forêt primaire au Ghana de 90%.

deforestation_-_good_planet.jpg

Pour savoir plus sur la déforestation au Ghana cliquez ici (site en anglais)

Accueil > Où intervenons-nous > Le Ghana en bref
Le Ghana en bref

Renseignements généraux

africa_map.jpgLe Ghana se situe dans le golfe de Guinée. Il est entouré de la Côte d’Ivoire, du Togo et du Burkina Faso. Il possède une superficie de 239 500 km² et il compte 20,1 millions d’habitants (données de 2002). En 2003, le pays se situait au 129e rang sur 175 selon l’indicateur du développement humain des Nations-Unies. Si le revenu par habitant s’élevait à 270 dollars américains en 2002, il atteint aujourd’hui 434 dollars américains (d’après le rapport préliminaire sur la croissance et la réduction de la pauvreté 2006-2009).

Photo: Jorge OrtizL’économie du Ghana est aux prises avec une structure statique, dépendant lourdement des exportations de produits de base comme l’or, le cacao, la bauxite et le bois d’œuvre. Le pays a enregistré des taux de croissance annuelle moyenne de 4,2 % entre 1991 et 2002, et d’environ 6 % en 2005. L’agriculture, les services et l’industrie ont contribué au produit intérieur brut à hauteur de 35 %, 40 % et 25 %, respectivement. Selon les données de la Banque mondiale, le pays a inscrit un taux de croissance économique annuelle de 5,8 % en 2005 (il était de 4,0 % en 2001). On estime l’accroissement démographique à un taux relativement bas de 1,6 % par année en 2002. Près de 40 % de la population vivait sous le seuil de la pauvreté (1 dollar par jour) au cours de la période 1983-2000 (données du PNUD).

L’environnement

Le Ghana est divisé en trois zones principales de végétation presque parallèles à l’équateur, un phénomène largement attribuable aux facteurs climatiques, dont les chutes de pluie et la température. La zone de futaies, au sud du Ghana, comprend des forêts diverses, de la forêt sempervirente jusqu’à la forêt semi-caducifoliée sèche. C’est la région qui reçoit le plus de précipitations au pays ; la pluviosité peut atteindre 2 300 mm dans les régions les plus humides (forêt sempervirente). La zone des futaies entre dans la catégorie du patrimoine exceptionnel de biodiversité (Biodiversity Hotspot ) dénommée "Forêts guinéennes de l’Afrique de l’ouest", l’une des 36 régions du monde à la biodiversité la plus riche. La région de la savane, la plus sèche du Ghana, recouvre environ les deux tiers du pays. La troisième zone est la zone de transition, entre laforêt d’altitude et la savane. De surcroît, le long littoral du Ghana abrite une variété de zones humides.

logging_3.jpgLa plus grande pression exercée sur les futaies du Ghana, tout comme dans la majeure partie de l’Afrique tropicale, est l’exploitation forestière commerciale par les entreprises internationales qui se voient attribuer des concessions. L’exploitation forestière est l’une des activités d’exportation majeures au Ghana ; le pays est à l’heure actuelle l’un des plus grands exportateurs mondiaux de bois de placage et de bois équarri tropical. Bien que l’abattage commercial demeure généralement sélectif au Ghana, il mène au décroissement de certaines essences d’arbres tout en infligeant des dommages significatifs aux spécimens qui demeurent. De plus, l’ouverture des routes forestières a souvent des répercussions indirectes telle que l’accessibilité de zones autrefois impénétrables. Les ressources forestières ghanéennes subissent de plus la pression de l’exploitation minière, l’empiètement par l’agriculture, les feux de brousse et le braconnage.

Zones naturelles protégées

Il existe deux grandes catégories de zones protégées au Ghana : les réserves forestières et les réserves faunistiques.

Les réserves forestieres, administrées par la Division des Services Forestiers (Forest Services Division), sont des zones sylvicoles où une exploitation rationnelle est permise comme l’abattage d’arbres contrôlé. Néanmoins, au cours des dernières années, la Division des Services Forestiers a reclassé 29 de ces forêts comme des Zones d'Importance de Conservation Internationale  (Globally Significant Biodiversity Areas). Ces régions possèdent une grande concentration de ressources biologiques qu’il est capital de conserver pour le bien-être de la planète. Depuis le reclassement, la coupe d’arbres et autres activités d’exploitation sont défendues dans ces zones.

Les réserves faunistiques, gérées par la Division de la Faune (Wildlife Division), ont pour raison d’être la conservation de la biodiversité ; l’accès et l’utilisation des ressources naturelles y sont limités. Les réserves faunistiques sont divisées entre les parcs nationaux, les réserves naturelles intégrales,les réserves écologiques, les refuges faunistiques et les zones humides d'importance internationale (sites Ramsar). Pour voir une carte des aires protegées du Ghana, cliquez ici

Parcs nationaux :

Le parc national de Kakum et réserve écologique d’Assin Attandanso : ils recouvrent une zone d’environ 350 km2 de la forêt dense humide sempervirente. Les arbres y sont d’une hauteur exceptionnelle, certains atteignant 65 mètres. La réserve compte jusqu’à 40 espèces de gros mammifères, 200 espèces d’oiseaux et plus de 400 espèces de papillons.

Le parc national de Digya : 3 478 km2 de terres vallonnées, comportant des inselbergs de grès situés sur la rive ouest du lac Volta. Cette région boisée est surtout formée de savane guinéenne avec des forêts-galeries le long des cours d’eau importants.

Le parc national de Bui : 1 821km², partagé en deux par le fleuve Volta Noire. Végétation de savane traditionnelle. Le parc présente de magnifiques forêts-galeries bordées de sable fin et abrite une population d’hippopotames du Volta Noire.

Le parc national de Bia et la réserve écologique de biosphère : Le parc national de Bia et la réserve écologique constituent une région de conservation double d’une superficie totale de 305,62 km² dans la zone de transition entre la forêt humide sempervirente et la forêt semi-caducifoliée humide. C’est la seule réserve de biosphère du Ghana.

Le parc national de Nini Suhien et la réserve écologique d’Ankasa : situés dans la forêt humide sempervirente de la région occidentale du Ghana. Probablement la région à la biodiversité la plus riche du Ghana.

Le parc national de Kyabobo : 359,8 km², dans la zone forestière semi-caducifoliée sèche qui possède des espèces de plantes et d’animaux typiques des zones forestières et de savane.

Réserve naturelle intégrale : Kogyae

Réserves écologiques : Kalakpa Ankasa (Nini-Suhien NP),Shai Hills, Assin Attandanso (Kakum NP), Bia (Bia NP), Gbele

Refuges faunistiques : Owabi, Agumatsa, Boaben-Fiema, Tafi Atome, Bomfobiri.

Sites Ramsar (zones humides cotières) : lagune d’Anlo-Keta, lagune de Muni-Pomadze, lagune de Sakumo, lagune de Songor.